Poster électronique

Ma.18 - La pelvispondylite rhumatismale en consultation de rhumatologie à Ouagadougou (Burkina Faso)
DD Ouedraogo (1); H Kaboré (1); H Tiéno (1); E Palazzo (2); J Drabo (1); - (1) Ouagadougou - Burkina Faso; (2) Paris - France;
21ème Congrès
Poster
3,8
6 votes.
Vu 85 fois.
Résumé
Rationnel

La pelvispondylite rhumatismale ou spondylarthrite ankylosante est rare en Afrique noire [1,2]. Mijiyawa au togo a rapporté jusque là, la série la plus importante de 13 cas observés parmi 2626 consultants examinés (0,50 %) en 3 ans [1]. Le but de notre étude a été de décrire les aspects cliniques, radiologiques et génétiques de 13 cas de pelvispondylite parmi 1439 consultants (soit 0,90 %) examinés en 2 ans de pratique rhumatologique au Burkina Faso.

Résultats

Treize cas de pelvispondylite ont été observés d'avril 2006 à Avril 2008 . Tous répondaient aux critères de New York modifiés. Il s'agissait de 11 hommes et de 2 femmes. L'âge moyen était de 27,15+/-11,53 avec des extrêmes de 15 et 53 ans. La durée d'évolution moyenne était de 10+/-9,66 avec des extrêmes de 1 et 30 ans. Onze malades avaient des cervicalgies ou des dorsolombalgies, neuf (69,23%) des talalgies plantaires et quatre (30,76%) des fessalgies. Dix (76,92%) avaient une sacroiliite radiologique et quatre (31%) une coxite bilatérale. Au moment de l'étude, trois malades avaient un BASDAI supérieur à 60/100 et cinq un BASFI supérieur à 60/100.
Chez les 11 malades où la recherche de l'antigène HLA B27 est disponible, six (54,54%) étaient positifs.

Conclusion

Notre travail rapporte la fréquence la plus importante de pelvispondylite rhumatismale en Afrique Noire (0,90 %). La prévalence de l'antigène HLA B27 (54,54 %) est proche des séries occidentales et noires américaines.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM