Poster électronique

Ma.19 - La concentration résiduelle d’infliximab influence la maintenance thérapeutique au cours de la spondylarthrite ankylosante
D CHU Miow Lin (1); D Mulleman (1); F Lauferon (1); JC Méric (1); I Griffoul-Espitalier (1); JP Valat (1); G Paintaud (1); P Goupille (1); - (1) Tours - France;
21ème Congrès
Poster
3
1 votes.
Vu 60 fois.
Résumé
Objectif

Il existe une relation inverse entre la concentration résiduelle d'infliximab et la réponse thérapeutique dans la spondylarthrite ankylosante (SA) (1) . L'objectif de cette étude était de savoir si la concentration d'infliximab était prédictive de la maintenance thérapeutique à long terme dans la SA.

Patients et Méthodes

La concentration d'infliximaba été mesurée chez 22 SA ayant reçu au moins 3 perfusions d'infliximab. Les patients ont été répartis selon leur concentration d'infliximab en faible concentration (< 5 mg/L) et en concentration intermédiaire à élevée (≥ 5 mg/L). Au terme d'un suivi de 52 semaines, nous avons comparé les patients dont la posologie d'infliximab était restée identique ou avait été diminuée (Groupe A = succès) et ceux dont la posologie d'infliximab avait été augmentée ou chez qui l'infliximab avait été remplacé par un autre biomédicament (Groupe B = échec). Nous avons comparé la concentration d'infliximab mesurée initialement dans chaque groupe (test de Mann-Whitney), la proportion de patients ayant une concentration d'infliximab intermédiaire à élevée dans chaque groupe (test de Chi 2 corrigé) et le risque de passer du groupe A au groupe B des patients ayant une concentration initiale intermédiaire à élevée et de ceux ayant une concentration faible d'infliximab (courbes de survie de Kaplan Meier).

Résultats

A 52 semaines, 10 patients étaient restés dans le groupe A et 12 étaient passés dans le groupe B. La médiane des concentrations d'infliximab mesurées au début de l'étude n'était pas significativement différente dans les groupes A et B (7,30 vs. 7,57 mg/L, p = 0,95). Dans le groupe A, 7 patients (70%) avaient initialement des concentrations intermédiaires à élevées d'infliximab contre 6 patients dans le groupe B (50%) (p = 0,61). Le risque de passer dans le groupe B au cours des 52 semaines de suivi était supérieur mais non statistiquement significatif chez les patients ayant une concentration faible d'infliximab (Log Rank = 0,06).

Conclusion

Une concentration résiduelle d'infliximab ≥ 5 mg/L semble améliorer la maintenance thérapeutique à long terme dans la SA.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM