Poster électronique

Ma.20 - Anti-TNF : un agent ostéoformateur ? Suivi prospectif à long terme des variations de densité osseuse des patients atteint de spondylarthrite ankylosante traités par anti-TNF
K Briot (1); S Kolta (1); M Dougados (1); C Roux (1); - (1) Paris - France;
21ème Congrès
Poster
2
1 votes.
Vu 63 fois.
Résumé
Introduction

Les patients atteints de spondyloarthropathie (SpA) sont à risque de développer une ostéoporose, expliquée et en particulier par l'activité inflammatoire de la maladie et la diminution d'activité physique. Des études conduites sur une courte durée (£2 ans), ont montré l'augmentation de la densité osseuse chez les patients atteints de SpA recevant des antiTNF.
Objectifs : étudier les variations de la densité minérale osseuse (DMO) à long terme (> 4 ans) chez des patients atteints de spondylarthrite ankylosante (SA) traitées par anti-TNF alpha.

Patients et Méthodes

18 patients (15 hommes, 3 femmes) (âge moyen 35 ±11 ans) atteints de SA selon les critères de l'European Spondyloarthropathy Study Group (ESSG) ont été inclus dans une étude ouverte prospective avec un suivi moyen de 5,3 ans (4 à 8 ans). Ces patients ont reçu soit l'infliximab 3 à 5 mg/kg toutes les 6 à 8 semaines (n = 16), soit de l'etanercept (n = 2) en raison d'une maladie active malgré un traitement optimal selon les critères ASAS. La DMO au rachis et au fémur a été mesurée par absorptiométrie biphotonique à rayons X, lors de la visite initiale et tous les 1 à 2 ans. Des radiographies du rachis lombaire étaient disponibles au début et à la fin du suivi chez 12 patients. Aucun patient n'a reçu de traitement antiostéoporotique.

Résultats

Au début du traitement, le T score moyen était de -1,9 (±1,1) et -1,2 (±0,9) au rachis et au fémur. L'augmentation moyenne de la densité osseuse a été de 16,1% et 7,9% au rachis lombaire et au fémur respectivement, soit une variation annualisée de +2,85% (±2,2) au rachis lombaire et de +1,7% (±1,9) au fémur total. Chez les 12 patients ayant une radiographie disponible en fin de suivi, l'apparition ou l'aggravation de syndesmophytes a été observée chez 1 patient. Chez les autres patients (n = 11), l'augmentation moyenne de la densité osseuse a été de 15,8%et 6% au rachis lombaire et au fémur soit une variation annualisée de la DMO est de +2,6% (±2,4) au rachis lombaire et de +1,1% (±1,7) au fémur total.

Conclusion

Ces résultats suggèrent que le bénéfice du traitement par anti-TNFa sur la densité osseuse des patients atteints de spondylarthrite ankylosante se poursuit jusqu'à 5 ans de traitement. Les effets densitométriques et structuraux des antiTNF peuvent être indépendants, comme cela est attendu en fonction de l'effet du TNF sur les voies de l'anabolisme.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM