Poster électronique

Ma.108 - Bio ingénierie osseuse, du concept au patient: exemple de la technique de la membrane induite
L Obert (1); A Couesmes (1); J Pauchot (2); G Leclerc (2); H Petite (3); P Garbuio (2); - (1) Besançon - France; (2) Besancon - France; (3) Paris - France;
21ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 75 fois.
Résumé
Introduction

Les auteurs rapportent 19 cas de défect osseux segmentaire d'un os long au moins égale au quart du segment osseux traité par technique de Masquelet (membrane induite) évitant une amputation ou un geste micro chirurgical.

Patients et Méthodes

8 cas de défects osseux d'un os long (fémur, tibia, humérus) et 11 cas de défects osseux de la main et du poignet ont été inclus et suivis de façon prospective. Il existait 11 cas traumatiques et 8 cas septiques. Au niveau de la main le défect intéressait au moins une phalange, au niveau d'un os long il atteignait 5 cm (3-11). La technique de la membrane induite nécessite 2 interventions espacées de 2 mois. Le premier temps consiste à combler un défect osseux par une entretoise en ciment (PMMA sans antibiotiques) sous couvert d'un parage radical, d'une couverture à la demande et d'une fixation stable. Le défect osseux étant secondaire à un traumatisme ou à l'excision d'os infecté. Lors du deuxième temps (à 2 mois), l'ablation de l'entretoise en ciment est réalisée en prenant la peine de conserver la membrane à corps étranger qui s'est créée autour du ciment. La chambre ainsi obtenue est comblée par de l'autogreffe spongieuse. La consolidation a pu être appréciée chez chaque patient grâce à une évaluation radiographique et scannographique. L'échec était défini comme une non consolidation à 1 an pour les cas traumatiques ou la persistance à 1 mois du sepsis pour les cas septiques.

Résultats

5 échecs ont été notés, 2 au niveau de la main et 3 au niveau d'un os long. Il existait 2 échecs parmi les 8 cas septiques et 3 parmi les 11 cas traumatiques. Les 14 autres cas ont consolidés avec un délai moyen de 5 mois (1,5-12). Au niveau de la main tous les doigts étaient inclus et réutilisés malgré la raideur en cas d'atteinte articulaire. 2 biopsies ont pu être réalisées mettant en évidence du tissu ostéoïde au sein de la structure formée dans la membrane.

Discussion

Masquelet a rapporté son expérience de la reconstruction osseuse diaphysaire avec création d'une membrane à corps étranger permettant l'utilisation d'autogreffe spongieuse libre, sans lyse de celle-ci grâce à la chambre ainsi créée. Les travaux sur l'animal de Pellissier et de Viatteau ont démontré les capacités de cette membrane : sécrétion de facteurs de croissance (VEGF, TGFbéta1, BMP2) capacités inductrices osseuse des lignées cellulaires présentes. Ces travaux sur l'animal menés à postériori ont confirmé l'expérience clinique chez l'humain obtenus par des équipes différentes. Cette membrane induite semble jouer le rôle d'un néo périote.

Conclusion

L'utilisation de cette technique simple et transmissible dans des cas en urgence est possible et permet de conserver un membre fonctionnel en raccourcissant la durée du traitement dans ces cas difficiles. Elle évite les greffes osseuses microvascularisées toujours incertaines en terrain septique, et toujours risquées et fastidieuses en urgence. Elle permet une excision osseuse à la demande sans restriction au vu des capacités de reconstruction qu'elle offre.

remonter
45
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM