Poster électronique

Me.38 - La densitometrie osseuse améliore la prise en charge de l'ostéoporose après fracture du poignet
C Bonnet (1); F Dalmay (1); M Arnaud (1); G Lambert de Cursay (2); A Lesort (1); I Negrier-Chassaing (1); C Legay (1); R Trèves (1); P Bertin (1); - (1) Limoges - France; (2) Brive-la-Gaillarde - France;
21ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 61 fois.
Résumé
Introduction

Alors qu'elle représente une opportunité de diagnostic précoce de l'ostéoporose, la prise en charge médicale de l'ostéoporose après fracture du poignet reste insatisfaisante. Pour améliorer cette prise en charge, nous avons proposé, avec l'aide des organismes sociaux, des rhumatologues et des radiologues du Limousin, de réaliser une étude épidémiologique interven-tionnelle sur le diagnostic précoce de l'ostéoporose après fracture du poignet.

Patients et Méthodes

Le recrutement des patientes a été réalisé : en 2005 sur invitation par la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) à passer une densitométrie osseuse (DMO) pour toute femme ménopausée entre 50 et 75 ans, ayant eu une fracture du poignet dans les 5 dernières années, et n'ayant pas eu de DMO ; en 2006, après fracture du poignet.Un auto-questionnaire d'évaluation des facteurs de risque (FDR) de fracture était rempli par chaque patiente, lors de la réalisation de la DMO.Les résultats de la DMO étaient transmis au médecin traitant. Un an après la réalisation de cette DMO, un auto-questionnaire évaluant la prise en charge thérapeutique et la récidive éventuelle de fracture a été adressé par la CPAM à chaque patiente. Nous publions les résultats de cette étude à 1 an.

Résultats

324 patientes ont été incluses dans cette étude, d'âge moyen 65 ans. 28% des patientes avaient au moins un autre FDR de fracture .55% des patientes avaient une ostéopénie densitométrique, dont 27% avec un autre FDR de fracture.24% des femmes avaient une ostéoporose densitométrique (résultats publiés en 2007).
Un an après la réalisation de la DMO, un auto-questionnaire a été adressé aux 324 patientes. Le taux de réponse était de 88%. 9%des patientes ont eu une nouvelle fracture . Le pourcentage de patientes sous traitement anti-ostéoporotique avant et un an après la réalisation de la DMO sont les suivants :

traitement  avant DMO traitement après DMO p
groupe DMO    N             %    N            %
Ostéopénie 26/174     15 55/158    35    p<0.0001
Ostéopénie et au moins un FDR 7/48          15 15/46        33 0.04
Ostéoporose 15/78        19 30/54        55 p<0.0001

Discussion

Il existe une différence statistiquement significative de pourcentage de patien-tes sous traitement anti-ostéoporotique, un an après la réalisation de la DMO.

Conclusion

Dans cette étude, la réalisation d'une DMO après fracture du poignet a permis d'améliorer la prise en charge médicale de l'ostéoporose.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM