Poster électronique

Ma.138 - Performances comparées des radios standards de l'échographie et de l'IRM dans la détection d'un conflit sous acromial dans les tendinopathies non rompues non calcifiantes de la coiffe des rotateurs
M Fermand (1); H Guerini (1); A Feydy (1); JL Drapé (1); A Chevrot (1); - (1) Paris - France;
20ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 176 fois.
Résumé
Objectif

Etudier les performances des différentes méthodes d'imagerie non invasive (radios standards, échographie et IRM) pour détecter un conflit sous acromial dans les TNRC de la coiffe des rotateurs, en utilisant le burso-scanner positionnel comme examen de référence.

Patients et Méthodes

Revue rétrospective des radios standards, des échographies dynamiques, des IRM et des scanners de 15 patients pour lesquels le burso-scanner positionnel montrait un conflit osseux sous acromial, défini comme la perte de convexité de la face superficielle du supra-épineux au contact de la face inférieure de l'acromion et de 15 patients pour lesquels le burso-scanner positionnel ne montrait pas de conflit. Tous ces patients avaient eu préalablement une arthrographie gléno-humérale qui ne montrait pas d'opacification de la bourse sous-acromio-glénoïdienne (BSAD). Les radios standards recherchaient un pincement de l'espace sous acromial sur l'incidence de profil et un ostéophyte acromial sur l'incidence de face. L'échographie dynamique recherchait une élévation anormale de la tête humérale, une empreinte osseuse sur la face superficielle du tendon supra-épineux, et une distension de la BSAD. L'IRM recherchait un épanchement de la BSAD et un hypersignal de la face superficielle du supra-épineux.

Résultats

Les radios standard ont une sensibilité de 63% et une spécificité de 56%. L'échographie a une sensibilité de 50% et une spécificité de 65%. L'IRM a une sensibilité de 36% et une spécificité de 72%.

Discussion

Le diagnostic de conflit sous acromial dans les TNRC est important pour poser les indications thérapeutiques. L'examen clinique est parfois insuffisant et le recours aux méthodes d'imagerie non invasive fréquent. Notre travail participe à l'évaluation de ces techniques.

Conclusion

L'imagerie non invasive apporte des informations intéressantes dans le diagnostic de conflit sous acromial. Néanmoins elle est peu sensible et peu spécifique.

remonter
55
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM