Poster électronique

Ma.119 - Syndrome douloureux diffus chronique et inhibiteurs de l'aromatase
N Nemitz (1); PT Kurmann (1); D Van Linthoudt (1); - (1) La Chaux-De-Fonds - Suisse;
20ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 70 fois.
Résumé
Introduction

Les inhibiteurs de l'aromatase sont des traitements adjuvants prescrits aux patientes ménopausées présentant un cancer du sein dont les cellules expriment des récepteurs aux oestrogènes. Des arthralgies sont observées chez 10 à 15 % de ces personnes, justifiant l'arrêt du traitement chez 5 % d'entre elles. L'effet de ces substances n'est pas décrit lorsqu'elles sont utilisées chez des patientes présentant un syndrome douloureux diffus chronique.

Observation

Cette femme de 60 ans, suivie en consultation ambulatoire du service pour un syndrome douloureux diffus chronique depuis 1974 a développé un carcinome canalaire invasif du sein gauche en avril 2004. Après une mastectomie et une radiothérapie, elle bénéficia d'une prescription orale d'anastrozole (Arimidex®). Quelques semaines plus tard, elle signale une exacerbation de ses douleurs diffuses ainsi que l'apparition de douleurs des mains, genoux et pieds. L'examen clinique a révélé une sensibilité algique aiguë diffuse, sans signes d'inflammation. Les symptômes ont persisté pendant l'année durant laquelle le traitement a été poursuivi. Ils ont disparu rapidement après le remplacement de l'anastrozole par du tamoxifène (Nolvadex®).

Conclusion

Des douleurs articulaires sont les principaux effets secondaires précoces des inhibiteurs de l'aromatase. L'apparition de ces douleurs pourrait être secondaire à la réduction rapide de l'effet anti-nociceptif des oestrogènes. En effet, ces derniers peuvent interférer avec la perception de la douleur par des mécanismes périphériques et centraux.
Dans notre observation, l'introduction de l'inhibiteur de l'aromatase a accentué les douleurs diffuses spontanées et déclenché des arthralgies. La prescription de ce type de molécule chez une patiente avec un syndrome douloureux diffus chronique peut augmenter les sensations douloureuses préexistantes, pouvant aller jusqu'à l'arrêt du traitement.

remonter
49
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM