Poster électronique

Ma.43 - Arthrites septiques des articulations inter apophysaires postérieures
M Pot-Vaucel (1); G Cormier (1); S Varin (1); JP Hamelin (3); G Tanguy (3); - (1) La Roche-sur-Yon - France;
20ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 88 fois.
Résumé
Introduction

Les arthrites articulaires postérieures septiques sont une maladie rare, probablement souvent méconnues, faute de plans appropriés d'IRM. Le germe est le plus souvent un staphylocoque. Nous avons recensé tous les cas d'infection du rachis ayant motivé une hospitalisation dans notre unité entre 1996 et 2006, et isolé 7 cas d'arthrites inter apophysaires soit 13 %.

Observation

Nous avons recensé 5 hommes et deux femmes de 65 ans en moyenne, avec une CRP élevée aux alentours de 220 et un caractère brutal des symptômes le plus souvent, dans un contexte fébrile. Le diagnostic était possible grâce à l'IRM et la mise en évidence des germes soit aux hémocultures, soit dans les prélèvements réalisés sous radio, avec 4 staphylococcus aureus, deux streptococcus (bovis et oralis) et un yersinia pseudotuberculosis. Seuls trois patients présentaient une arthrose zygapophysaire antérieure, l'atteinte étant le plus souvent en L4L5. Aucun n'a eu de complications neurologiques et tous ont guéris sous traitement par biantibiothérapie pendant 6 à 8 semaines.

Discussion

Il s'agit, à notre connaissance, de la deuxième plus grande série dans la littérature après celle de 10 patients de Narvaez [1]. Certaines caractéristiques cliniques sont communes aux descriptions de la littérature telles que l'âge aux alentours de 60 ans, la présence d'un facteur favorisant dans un tiers des cas, la présentation fébrile pour 80 % des patients, la lombalgie constante, l'atteinte lombaire dans 76 % des cas et la bonne évolution sous bi antibiothérapie.
L'originalité de la série tient aux caractéristiques bactériologiques puisqu'il n'y a que 4 staphylocoques (67 % dans la littérature) sur les 7 germes avec présence de deux streptocoques (18 % décrits) et surtout d'un yersinia pseudotuberculosis (qui a fait l'objet d'une publication [2] ), à l'absence de complications neurologiques graves au contraire des 10 % de patients dans la littérature et enfin à la présence de trois de nos sept patients qui présentaient une arthrose zygapophysaire antérieure contre 10 % des patients décrits.

Conclusion

Un diagnostic rapide est d'autant plus souhaitable que ces infections peuvent s'associer ou être le prélude à des septicémies, ou des complications neurologiques graves dans 10 % des cas de la littérature. Pour ne pas méconnaître ces atteintes, le clinicien doit solliciter du radiologue pratiquant l'IRM la pratique de coupes sagittales, mais aussi frontales et coronales centrées sur le ou les étages suspects.

remonter
45
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM