Poster électronique

Me.23 - Tolosa Hunt : Une douleur rebelle !!
D Mesloub (1); D Hakem (1); N Ouadahi (1); D Zemmour (1); A Boudjelida (1); S Médaoud (1); H Lafer (1); A Berrah (1); - (1) Alger - Algerie;
21ème Congrès
Poster
4
1 votes.
Vu 74 fois.
Résumé
Introduction

Le syndrome de Tolosa Hunt (STH) associe des crises douloureuses rétro orbitaires, des douleurs dans le territoire cutané du trijumeau (branche ophtalmique du V) et une paralysie des nerfs oculomoteurs (III, IV et VI). Sa physiopathologie incrimine un granulome inflammatoire de l'apex de l'orbite et une périartérite granulomateuse (sinus caverneux, périphérie de la carotide interne) qui seraient l'expression d'une hypersensibilité retardée. L'évolution se fait par poussées /rémissions. Sa cortico-sensibilité initiale est suivie d'un échappement thérapeutique exposant aux rechutes et son pronostic est lié aux risques de séquelles oculaires.
Objectifs : Illustrer le sujet à travers une observation clinique.

Observation

Patiente de 50 ans, présente une ophtalmoplégie douloureuse récidivante, avec paralysie oculomotrice, associée à une névralgie du trijumeau sur un diabète de type 2 évoluant depuis 4 ans et dont l'équilibre est médiocre sous hypoglycémiants oraux . Les facteurs de risques cardiovasculaires montrent un BMI à 34, une HTA stable sous monothérapie (ARA II). L'examen neurologique objective une poly neuropathie sensitivomotrice et un syndrome du canal carpien. On note une apyrexie et l'absence de foyer infectieux patent loco-régional (sinus, orbite, glande lacrymale, dentaire... .) et à distance . Les sérologies virales, le bilan d'auto-immunité et le bilan thyroïdien sont négatifs de même que l''IRM orbitaire qui exclut un processus tumoral et infectieux compressif ; L'évolution sous corticothérapie est rapidement favorable au prix d'un déséquilibre du diabète (impliquant une insulinothérapie définitive) et de l'HTA (équilibrée par une adaptation des posologies des ARA2) mais la rechute à distance alors que la patiente est sous équivalents de 15 mg d'équivalent prédnisone) soulève les alternatives thérapeutiques à visée étiopathogénique et symptomatique (traitement de la douleur).

Conclusion

Le STH est une entité rare, source de douleurs récurrentes et rebelles orbito-faciales posant un problème de prise en charge dés lors qu'un échappement à la corticothérapie est amorcé. Une approche physiopathologique et une bonne évaluation des algies doivent permettre la prise en charge de la douleur de ces patients au centre anti-douleurs.

remonter
49
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM