Poster électronique

Me.24 - Névralgie du V révélant une maladie de Wegener
H Lafer (1); D Hakem (1); N Ouadahi (1); D Zemmour (1); M Ibrir-Khati (1); A Berrah (1); - (1) Alger - Algerie;
21ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 67 fois.
Résumé
Introduction

Les douleurs oro-faciales sont des situations cliniques de mieux en mieux identifiées en médecine Interne. Elles orientent vers un certain nombre d'affections systémiques (sclérodermie systémique diffuse, maladie de Wegener 'MW', sarcoïdose… ..).
De mécanismes physiopathologiques complexes, leur prise en charge thérapeutique se base sur un traitement palliatif (douleur) et étiopathogénique (infection, inflammation, vascularite… .).
Objectif : Revoir à travers une observation clinique des algies faciales ayant conduit au diagnostic d'une maladie de Wegener.

Observation

Mme OF, 40 ans, présente dans un contexte de fièvre au long cours hyperalgique (myalgies, arthralgies, multinévrites) en cours d'exploration une exophtalmie gauche associée à des névralgies du V homolatérales et un œdème hémifacial. La tomodensitométrie 'TDM' orbitaire objective une pseudotumeur de l'orbite 'PTIO' gauche. Les douleurs décrites par la patiente sont transfixiantes, s'exacerbent la nuit et la topographie faciale est étendue de la région temporale au maxillaire supérieure à l'origine d'une cladication douloureuse. L'usage des antalgiques, paliers 1 et 2 et la corticothérapie maitrisent partiellement les algies temporo-faciales la patiente gardant un fond douloureux. Les biopsies itératives (2) de la PTIO de même que les biopsies des differents sites plus accessible (glandes salivaires, cutanée et neuro-musculaire, artère temporale... ) sont pas contributives et une suspicion de lymphome est néanmoins soulevée. Les anticorps anti nucléaires (ANN, antiDNA, antiSm, antiSAA), les ANCA, la cryoglobulinémie sont négatifs et le bilan morphologique (TDM thoraco-abdominale), endoscopique (pulmonaire, digestive), ainsi que la biopsie osseuse ne décèle pas de processus lymphomateux ou de processus néoplasique. L'évolution à distance permet de poser le diagnostic de MW (pansinusite, infiltrat interstitiel des bases pulmonaires, asthmed'apparition tardive, éosinophilie ..).
La mise sous traitement immunosuppresseur permet de contourner une corticodépendance et amène à une rémission durable avec notamment une régression de la PTIO et des algies faciales au prix de séquelles neurologiques et oculaire (monophtalmie).

Conclusion

Les névralgies symtomatiques trigéminales sont parfois une source d'errance diagnostique lorsque, exceptionnellement, elles constituent un mode de révélation d'une vascularite systémique. Elles imposent l'exclusion d'un processus compressif (tumeur locorégionale, lymphome) de même que la recherche d'une épine irritative (algie dentaire, sinusite... ). Concomitamment au traitement étiologique spécifique qu'elles imposent (drainage d'un processus nécrotique, antibiothérapie, décompression chirurgicale, anti-inflammatoires, antithrombotiques etc.. .) elles relèvent d'une prise en charge de la douleur dont le protocole doit se baser sur les mécanismes physiopathologiques inducteurs (antalgique, analgésique, antiépileptique, neurolyse... ).

remonter
49
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM