Poster électronique

Ma.126 - Quantification de la fonction neuro-locomotrice dans la pratique hospitalière par analyse de la marche : application à des sujets fibromyalgiques
D Maquet (1); B Auvinet (2); A Bouquegneau (1); D Chapelier (1); JM Crielaard (1); JL Croisier (1); - (1) Liege - Belgique; (2) Laval - France;
20ème Congrès
Poster
4
1 votes.
Vu 61 fois.
Résumé
Introduction

La marche humaine représente une activité complexe impliquant divers systèmes tels les systèmes musculaire, ostéo-articulaire, nerveux, … L'altération de la marche constitue dès lors un indicateur potentiel d'une pathologie. L'objectif de ce travail consiste à mettre au point une épreuve de marche susceptible d'objectiver une altération de la fonction neuro-locomotrice dans diverses situations pathologiques.

Patients et Méthodes

Cette étude se réalise chez 265 sujets volontaires contrôles âgés de 5 à 83 ans (144 sujets féminins et 121 sujets masculins), répartis en 9 classes d'âge et recrutés au sein de la population générale selon des critères d'inclusion stricts. Les données normatives établies sont confrontées à celles d'une population pathologique composée de 32 patientes fibromyalgiques (âgées de 30 à 60 ans et réparties selon des classes d'âge identiques), diagnostiquées selon les critères du Collège Américain de Rhumatologie. L'analyse tridimensionnelle de la marche est réalisée à partir d'un système ambulatoire d'accélérométrie triaxial (Locometrix Centaure Metrix, France) et d'une ligne de chronométrage. Le sujet marche à sa vitesse de confort, équipé de l'accéléromètre fixé à l'aide d'une ceinture élastique. L'épreuve, composée de 6 trajets rectilignes de 40 mètres, permet de suivre le profil des paramètres analysés tout au long de la distance totale parcourue (240 mètres).

Résultats

La reproductibilité des paramètres analysés apparaît particulièrement satisfaisante. Des données normatives sont établies par classes d'âge et par sexe au cours des 6 trajets que comporte cette épreuve. Une diminution (p > 0.05) de la vitesse de marche confortable s'observe à partir de 60 ans chez les sujets masculins et de 70 ans chez les sujets féminins. Nous n'observons pas d'influence significative du dimorphisme sexuel sur les paramètres analysés.
Les patientes fibromyalgiques démontrent une altération majeure (p < 0.05) des paramètres vitesse, longueur de pas, régularité, puissance mécanique selon les 3 axes et coût énergétique comparativement aux données normatives. La réduction de la vitesse de marche et de la longueur de pas (significative dès le premier trajet) apparaît majorée après 120 mètres. Cette observation reflète une certaine fatigabilité des fibromyalgiques.

Discussion

La marche de la population fibromyalgique s'avère plus lente et moins régulière. En outre, la fatigabilité apparaît accrue en dépit d'une puissance mécanique et d'un coût énergétique réduits. Ces observations mettent en exergue le « ralentissement fonctionnel » ou « bradykinésie » du fibromyalgique en relation avec d'éventuels mécanismes de kinésiophobie. Cette épreuve de marche, réalisée à allure confortable, et par conséquent compatible avec la majorité des affections rhumatologiques, locomotrices et neurologiques, pourrait offrir au clinicien un moyen simple et rapide en vue de quantifier les répercussions fonctionnelles d'une pathologie mais aussi les bénéfices d'une approche thérapeutique.

Conclusion

La quantification de la fonction neuromusculaire à partir d'épreuves maximales semble aujourd'hui critiquée pour des raisons diverses : mesures peu fonctionnelles, difficulté de mise en œuvre en pratique clinique, défaut de collaboration « maximale » du sujet en relation avec la douleur, … Cette épreuve de marche pourrait offrir un outil appréciable dans l'évaluation et le suivi longitudinal de la fonction neuro-locomotrice.

remonter
49
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM