Poster électronique

Ma.101 - Le ranélate de strontium favorise la différenciation des ostéoblastes humains primaires en ostéocytes
GJ Atkins (1); KJ Welldon (2); P Halbout (3); DM Findlay (1); - (1) Adelaïde - Australie; (2) Adaléïde - Australie; (3) Courbevoie - France;
20ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 0 fois.
Résumé
Introduction

Le ranélate de strontium (RS) est un nouveau traitement de l'ostéoporose qui réduit le risque de fractures vertébrales et de la hanche chez les femmes ménopausées ostéoporotiques. Des études cliniques et des études menées sur des modèles animaux de perte osseuse ont démontré que le RS agit à la fois en augmentant la formation osseuse et en diminuant la résorption osseuse. L'importance du rôle des ostéocytes dans le métabolisme osseux est davantage mis en évidence au regard de données indiquant une diminution de leur densité au cours de l'ostéoporose et une prolongation de leur survie par apport estrogénique ou surcharge osseuse en cas de traitement corticoïde. Le RS a démontré des effets sur les ostéoblastes primaires (humains et murins) et sur leur lignée cellulaire mais son aptitude à moduler la différenciation et l'activité des ostéocytes n'avait pas encore été rapportée. Le but de notre étude a donc été de rechercher l'effet du RS sur la différenciation des ostéoblastes humains adultes primaires (OHAP) en culture, jusqu'au stade des ostéocytes.

Matériels et Méthodes

Les OHAP ont été cultivés pendant 6 semaines dans un milieu de culture neutre ou contenant 1, 5 ou 10 mmol/l de RS. La minéralisation a été mesurée, in vitro, grâce à la technique de von Kossa. L'expression de la phosphatase alcaline (PAL) et du STRO-1 (analyse FACS) à la surface de la cellule a permis d'évaluer l'état de différenciation des ostéoblastes après 3 et 14 jours de culture. De plus, l'ARNm a été recueilli après 3, 7, 14, 21, 28 et 42 jours de culture, puis analysé par RT-PCR en temps réel, afin d'identifier l'expression de la protéine matricielle de la dentine (PMD) -1 et de la sclérostine, 2 protéines spécifiques des ostéocytes.

Résultats

Après un traitement de 6 semaines par RS, il a été constaté une augmentation dose-dépendante du pourcentage de cellules n'exprimant pas la PAL et STRO-1 (p<0,001), un phénotype compatible avec une différenciation de type ostéocytaire. De même, les taux d'ARNm de la PMD-1 ont augmenté de facon temps- et dose-dépendante, pour atteindre des niveaux relativement élevés en réponse au RS (p<0,01 à d7, d14, d28, d42 et p<0,05 à d21). L'expression de la sclérostine, molécule spécifique des ostéocytes, était également augmentée après traitement avec 10 mM de RS (p<0,01 à d3, d7, d14, d28 et d42).

Conclusion

Ces résultats confirment l'action du RS sur les cellules ostéoblastiques. Le RS faciliterait par ailleurs la différenciation et/ou la survie des ostéocytes. L'action positive du RS sur les ostéocytes pourrait, au moins en partie, expliquer son aptitude in vivo à rééquilibrer le remodelage osseux en faveur de la formation osseuse et à diminuer le risque fracturaire.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM