Poster électronique

Ma.137 - Forte corrélation entre le signal doppler et le caractère symptomatique d’une tendinopathie calcifiante de la coiffe des rotateurs
B Le Goff (1); P Guillot (1); JM Berthelot (1); J Glémarec (1); Y Maugars (1); - (1) Nantes - France;
20ème Congrès
Poster
3,7
3 votes.
Vu 137 fois.
Résumé
Introduction

La responsabilité des calcifications de la coiffe des rotateurs dans l'entretien de douleurs scapulaires n'est pas toujours facile à affirmer. Chez des patients porteurs de telles calcifications, nous avons voulu vérifier l'importance de la corrélation entre certains aspects échographiques et l'intensité des symptômes, publiée à ce jour par un seul auteur (1-2).

Patients et Méthodes

Tous les patients présentant une tendinopathie calcifiante diagnostiquées pendant une période de 6 mois ont été inclus de manière prospective, que cette calcification ait été douloureuse ou non. Les critères d'exclusion comportaient un antécédent de chirurgie, une infiltration dans les 3 mois, un rhumatisme inflammatoire ou la présence d'une arthropathie gléno-humérale. Une radiographie de l'épaule controlatérale était réalisée à la recherche d'une calcification asymptomatique. Un recueil clinique comportait l'âge, l'échelle visuelle analogique de la douleur, la date de début des douleurs et la présence de réveils nocturnes. L'échographie était pratiquée avec un échographe Philips HD11 et une sonde multi-fréquence de 12,5 MHz (fréquence de 7,5 Mhz pour le Doppler puissance). Les caractéristiques de la calcification étaient notées (localisation, taille, aspect). La présence d'un signal doppler était définie comme une activité doppler intra-tendineuse autour de la calcification et côtée selon son importance (petits spots, quelques gros et nombreux gros spots). La présence d'un épanchement circonférentiel dans le long biceps et d'un épaississement de la bourse sous-acromio-deltoïdienne de plus de 2 mm était notée. Toutes les échographies ont été réalisées par le même opérateur selon un protocole standardisé.

Résultats

29 épaules (20 symptomatiques et 9 asymptomatiques) chez 20 patients ont été étudiées. L'âge moyen était de 50,5 ans. Les symptômes duraient depuis 14 mois (3 jours-48 mois). Quatre patients avaient un tableau d'épaule aiguë hyperalgique. L'EVA moyenne était à 58 sur une échelle de 0 à 100. Il n'existait pas de différence significative entre les 2 groupes concernant la taille ou la localisation de la calcification. En revanche, 8 patients (40 %) avaient un signal doppler positif dans le groupe symptomatique alors qu'il était toujours négatif dans le groupe asymptomatique (p = 0,004). Tous les patients ayant une épaule aiguë hyperalgique avaient un signal doppler positif et intense (Grade 3). Dans les douleurs chroniques, la présence d'un signal doppler était plus rare (25%) et moins intense (grade 1). Un tiers des patients symptomatiques (30%) présentait un épanchement dans la BSAD et 22% un épanchement du long biceps.

Conclusion

Un signal doppler autour d'une calcification n'a été rencontré que dans les calcifications symptomatiques et son intensité était très corrélée à la sévérité de la crise. Le mode doppler de l'échographie pourrait donc être utile pour affirmer la responsabilité de la calcification dans le tableau douloureux, nos résultats concordant tout à fait avec ceux de Chiou et al (1-2).

remonter
55
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM