Poster électronique

Ma.74 - Endophtalmie infectieuse avec perte oculaire chez 3 patients traités par anti-TNF alpha
B Le Goff (1); M Weber (1); B Bouvard (2); I Cochereau (2); Y Maugars (1); JM Berthelot (1); - (1) Nantes - France; (2) Angers - France;
20ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 65 fois.
Résumé
Introduction

L'endophtalmie est une infection du segment postérieur de l'oeil. Elle est d'origine exogène lorsque le germe pénètre directement dans l'œil à travers la cornée dans les suites d'un traumatisme ou d'une chirurgie. Elle est d'origine endogène lorsque le germe se greffe dans l'œil au décours d'une septicémie. Il s'agit d'une infection sévère pouvant entraîner une cécité définitive.

Patients et Méthodes

Nous rapportons les observations de 3 patients porteurs d'une polyarthrite rhumatoïde sous anti-TNF alpha ayant présenté une endophtalmie exogène avec perte oculaire.

Résultats

Trois patients, 2 hommes et 1 femme, d'âge moyen 56 ans (36-68) étaient suivis pour une polyarthrite rhumatoïde sévère. Le traitement anti-TNF alpha était l'infliximab dans 2 cas et l'etanercept dans 1 cas. L'endophtalmie est survenue en moyenne 10 mois (6-16) après le début du traitement. L'infection se révélait par une douleur oculaire avec diminution de l'acuité visuelle. L'examen clinique mettait en évidence la présence d'un abcès cornéen et un hypopion dans tous les cas. Un facteur favorisant l'infection était présent dans les 3 observations avec une paralysie faciale dans 1 cas, un ptosis congénital opéré dans 1 cas et une ablation de fil cornéen à distance d'une chirurgie de cataracte dans 1 cas. Aucun patient n'avait de syndrome sec. Le germe mis en évidence sur les prélèvements était pseudomonas aeruginosa dans 1 cas, streptococcus pneumoniae dans 1 cas. Dans 1 cas la documentation bactériologique n'a pas été possible. L'évolution était rapidement défavorable dans les 3 cas avec perte irréversible de l'œil malgré un traitement rapide comprenant antibiothérapie et chirurgie.

Discussion

Les complications infectieuses oculaires survenant sous anti-TNF alpha sont rares. Des cas de cellulite orbitaire, d'infection à CMV ou de toxoplasmose rétinienne ont déjà été décrits. Deux cas d'endophtalmie endogène ont également été publiés. Il s'agit des 3 premières observations d'endophtalmie exogène décrites chez des patients traités par anti-TNF alpha. Dans nos trois observations l'infection fait suite au développement d'un abcès cornéen avec diffusion rapide de l'infection dans le segment postérieur de l'œil. Un facteur favorisant cet abcès est présent dans tous les cas. Il s'agissait d'une kératopathie d'exposition secondaire à des troubles de l'occlusion palpébrale dans 2 cas et d'un geste d'ablation de fil sur la cornée dans 1 cas. Les abcès cornéens se compliquent rarement d'endophtalmie. On peut donc supposer que le traitement par anti-TNF alpha a pu favoriser la survenue de l'infection. L'endophtalmie est une infection extrêmement sévère conduisant souvent à la cécité. L'évolution a été très rapidement défavorable dans nos 3 cas malgré un traitement adapté associant antibiothérapie et chirurgie.

Conclusion

Nous rapportons les 3 premiers cas d'endophtalmie exogène survenant au cours d'un traitement par anti-TNF alpha. L'évolution a été rapidement défavorable dans toutes les observations avec cécité secondaire de l'œil infecté. L'existence de facteur de risque d'ulcération ou d'abcès cornéen doit donc être prise en compte avant la mise sous biothérapie. Il faut également rester vigilant lors des gestes chirurgicaux ophtalmologiques.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM