Poster électronique

Ma.82 - Efficacité des anti-TNF chez les 500 premiers patients d’un même praticien hospitalier depuis 10 ans, selon leur capacité à participer ou non aux études pivots
JM Berthelot (1); S Gérard-Benoist (1); B Le Goff (1); P Guillot (1); J Glemarec (1); Y Maugars (1); - (1) Nantes - France;
22ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 48 fois.
Résumé
Objectif

Evaluer le % de patients (PR ou SpA) traités par un anti-TNF qui n'auraient pu participer aux études pivots, et étudier le profil d'efficacité des anti-TNF chez eux, car les % traités par anti-TNF dans la 'vraie-vie' qui n'auraient pas pu participer aux études pivots iraient dans les PR de 56% (1) à 80% (2).

Patients et Méthodes

Les dossiers des 500 1ères personnes ayant reçu une prescription d'au moins un anti-TNF par un même PH depuis 1999 ont pu être tous étudiés de manière standardisée. L'efficacité a été évaluée en 4 classes (très bonnes réponses, bonnes réponses, réponses médiocres, échecs) en fonction de la moyenne des DAS28 ou BASDAI calculés à chaque consultation pour les 435 patients suivis au moins 6 mois. Il a été estimé pour chaque patient s'ils auraient pu participer aux études pivots, et vérifié s'ils validaient ou non les recommandations de la SFR pour l'institution des anti-TNF (PR et SpA).

Résultats

Sur les 500 patients, 475 ont effectivement pris l'anti-TNF pendant 28 +/- 23 mois (1584 années.patients) à la fin Mars 2009. 59% de l'ensemble (dont 131 des 230 PR (57%) et 135 des 226 SpA (60%) ) n'auraient pas pu participer aux études pivots, du fait de, soit : 1- l'absence de critères radiologiques ou biologiques pour garantir le diagnostic de PR (29/230 PR (13%) ), ou celui de SpA à prédominance axiale (66/143 SpA à prédominance axiale (46%) ) (83 SpA s'étant présentées sur une forme surtout périphérique) ; 2-l'atypie de leur rhumatisme (56/475 patients (12%) ) ; 3-la conjonction d'une fibromyalgie (52 patients (11%), soit 96% de ceux souffrant aussi d'une fibromyalgie) ; 4-la présence de co-morbidités variées, d'un âge avancé ou d'un profil psychologique inadapté. 49% des 192 PR et 35% des 136 SpA axiales qui validaient les critères de la SFR pour l'introduction d'un anti-TNF n'auraient pas pu participer aux études pivots.

Ces 59% de patients ont moins bien répondu : 3 fois moins (19% versus 54%) de réponses très bonnes ou satisfaisantes, et trois fois plus d'échecs primaires (25% versus 5%) : 1-dans les PR, % de très bonnes réponses de 16% (vs 42%), de bonnes réponses de 47% (vs 36%), de réponses médiocres de 12% (vs 9%), d'échecs primaires de 18% (vs 4%), et d'échecs secondaires de 7% (vs 9%) ; 2-dans les SpA très bonnes réponses chez 18% (vs 50 %), bonnes réponses chez 32% (vs 33%), réponses médiocres chez 19% (vs 11%) échecs primaires chez 23% (vs 5%), échecs secondaires chez 8% (vs 1%). Des réponses très bonnes ou bonnes n'ont été le fait que de 42% (6/14) des PR avec fibromyalgie, ce taux chutant à seulement 4/36 (11%) pour les SpA avec fibromyalgie, et à 30% pour les 34 SpA souffrant d'une polyenthésite. La possibilité de participer aux études pivots était bien plus discriminante que la satisfaction des recommandations de la SFR, surtout dans le contexte des PR.

Conclusion

Un taux triple d'échecs, et trois fois moins de bons résultats, ont été constatés chez les 59% de patients traités par anti-TNF dans la vraie vie qui n'auraient pu participer aux études pivots.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM