Poster électronique

Ma.83 - Tolérance des anti-TNF chez les 500 premiers patients d’un même praticien hospitalier depuis 10 ans, selon leur capacité ou non à participer aux études pivots
JM Berthelot (1); S Gérard-Benoist (1); B Le Goff (1); P Guillot (1); J Glemarec (1); Y Maugars (1); - (1) Nantes - France;
22ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 55 fois.
Résumé
Objectif

Etudier le profil de tolérance des anti-TNF selon que les patients auraient pu ou non participer aux études pivots, et leur conformité aux recommandations de la SFR pour l'initiation des anti-TNF, tant pour les PR (1-2) que les SpA.

Patients et Méthodes

Les devenirs des 500 premiers patients ayant reçu une prescription d'au moins un anti-TNF par un même PH depuis 1999 ont pu être tous étudiés rétrospectivement. Les effets indésirables n'ont été considérés comme graves que s'ils avaient pu mettre en jeu le pronostic vital, laisser des séquelles, ou conduire à l'arrêt définitif des anti-TNF, la nécessité d'être hospitalisé n'ayant pas été jugé un critère suffisant. Il a été estimé pour chaque patient s'ils auraient pu participer aux études pivots et vérifié s'ils validaient ou non les recommandations de la SFR pour l'institution des anti-TNF.

Résultats

Sur les 500 patients, 475 ont effectivement pris l'anti-TNF, le motif de non-prise n'ayant été une crainte des effets indésirables que dans 6/25 cas (1%). 59% de l'ensemble des patients (131 des 230 PR (57%) et 135 des 226 SpA (60%) ) n'auraient pas pu participer aux études pivots, dont 49% des PR et 35% des SpA axiales qui satisfaisaient pourtant les recommandations de la SFR pour l'introduction d'un anti-TNF. Les effets graves ont été plus fréquents dans le sous-groupe des 280 patients qui n'auraient pu participer aux études pivots : 15/280 décès (5%) versus 0/195 (0%) (soit 100% des décès (15/15) versus 0% (0/15) ) ; 45/280 effets indésirables graves (16%) ) versus 22/195 (11%) (chi-2 = 0,0001) (soit 67% des effets indésirables graves (45/67) versus 33% (22/67) ). L'appartenance au sous-groupe des patients qui n'auraient pu participer aux études était, chez les PR, plus prédictive de la survenue d'effets graves (colonnes de gauche) que la non satisfaction des recommandations de la SFR (colonnes de droite)

Sous groupe des 230 PR : non éligibilité aux études versus non-validation des recommandations
N de patients : 131/230 (57%) versus 44/230 (19%)
13 décès (63+/15 ans à J0) : 13/131 (10%) versus 0/44 (0%)
40 effets graves (58+/- 13 ans à J0) : 29/131 (22%) versus 8/44 (18%)

Sous groupe des 226 SpA : non éligibilité aux études versus non-validation des recommandations
N de patients : 135/226 (60%) versus 99/226 (44%)
1 décès (80 ans à J0) : 1/135 (1%) versus 1/99 (1%)
25 effets graves (47+/-13 ans à J0) : 14/135 (10%) versus 12/99 (12%)

Aucune des 27/230 PR sans corticoïdes au début du traitement anti-TNF n'a présenté ensuite d'effet grave.

Conclusion

Les 59% des patients de la 'vraie-vie' qui n'auraient pu participer aux études pivots des anti-TNF n'ont présenté que 50% d'effets graves en plus (16% versus 11%) (chi-2 = 0,0001), mais les 15 décès ne sont survenus que dans ce sous-groupe (PR dans 13/15 cas).

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM