Poster électronique

Ma.84 - Efficacité et tolérance de l’étanercept à 25 mg par semaine (« demi-dose »), versus 50 mg par semaine, chez des patients vierges de biothérapies
JM Berthelot (1); S Gérard-Benoist (1); B Le Goff (1); P Guillot (1); J Glemarec (1); Y Maugars (1); - (1) Nantes - France;
22ème Congrès
Poster
3,5
2 votes.
Vu 90 fois.
Résumé
Rationnel

Deux études randomisées en insu n'ont pas retrouvé de différences dans la réponse clinique à l'etanercept utilisé à 'demi-dose' (25 mg par semaine) ou à 'pleine dose' (50 mg par semaine) dans les PR (1-2).

Patients et Méthodes

Le devenir de 475 patients traités par anti-TNF par un même PH a été étudié de manière rétrospective, l'efficacité ayant été évaluée en 4 classes au vu des scores de DAS-28 et de BASDAI recueillis : très bonnes réponses, bonnes réponses, réponses médiocres, échecs (primaires, ou secondaires : échappements). N'ont été considérés comme graves que les effets indésirables mettant en jeu le pronostic vital, laissant des séquelles, ou obligeant à l'arrêt définitif des anti-TNF.

Résultats

Sur les 314 patients ayant pris au moins une fois de l'etanercept, 199 l'ont pris en tant que 1ère biothérapie : 101 SPA, 89 PR, et 9 validant à la fois les critères des SpA et des PR. 159/199 (80%) ont préféré la posologie initiale de 25 mg par semaine, seulement 40 (20%) ayant choisi celle de 50 mg par semaine. Les 159 patients sous 25 mg souffraient plus souvent de SPA (96 patients : 87% de toutes les SpA sous etanercept) que de PR (63 patients : 64% de toutes les PR sous etanercept). La 'demi-dose' a été maintenue pendant plus de 6 mois chez 85% de ces 159 patients, une majoration à 50 mg ayant été jugée nécessaire chez 16 SpA et 10 PR, et considérée comme efficace dans 15/26 cas (57%) (8 SpA et 7 PR).
Au terme de 25,3 +/- 20,6 mois d'exposition, les réponses des 159 patients traités à 'demi-dose' à J0 sont apparues aussi bonnes : très bonnes réponses chez 40% (vs 38% sous 50 mg), bonnes réponses chez 45% (vs 32%), réponses médiocres chez 8% (vs 15%), échecs chez 7% (vs 15%). Dans les PR, taux respectifs de 36% (vs 47%), 51% (vs 24%), 9% (vs 12%), et 4% (vs 17%) (un peu moins de très bonnes réponses à 'demi-doses', mais moins d'échecs). Dans les SpA, taux respectifs de 45% (vs 23%), 39% (vs 53%), 9% (vs 17%), et 7% (vs 7%) (aussi bonnes réponses à la posologie de 25 mg par semaine). Le profil de tolérance est apparu meilleur chez ceux traités à 'demi-dose', avec moins d'événements graves (14/159 (9%) versus 8/40 (20%) ), ceci contribuant à expliquer le bon maintien thérapeutique (63% des patients lors de la clôture de l'étude).

Discussion

L'absence de randomisation empêche de tirer des conclusions formelles de la comparaison entre ces deux sous-groupes de patients, des biais ayant pu conduire au choix de la posologie de 25 mg hebdomadaire par des patients avec des formes moins sévères.

Conclusion

80% des patients ont préféré débuter l'etanercept à la posologie de 25 mg par semaine. Celle-ci a suffi à induire des taux de très bonnes réponses (40%) et de bonnes réponses (45%) aussi élevés que ceux notés dans le sous-groupe traité à la dose 'conseillée' de 50 mg par semaine, tant chez les SpA que les PR. Le taux d'effets graves est apparu deux fois moindre dans le sous-groupe traité par 25 mg hebdomadaires.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM