Poster électronique

Ma.110 - Étude d’un modèle de tendinopathie chez la chèvre et évaluation de l’efficacité des ondes de chocs extracorporelles radiales dans la cicatrisation et la prévention des adhérences tendineuses (étude préliminaire)
A Kavaguchi-de Grandis (1); F Auzas (1); C Boulocher (1); D Laurent (2); T Roger (1); SG Sawaya (1); - (1) Marcy l'Etoile - France; (2) Villeurbane - France;
22ème Congrès
Poster
4
1 votes.
Vu 57 fois.
Résumé
Objectif

Mise en place d'un modèle chirurgical expérimental de tendinopathie chez la chèvre. Evaluation de l'efficacité des Ondes de Chocs Extracorporelles Radiales sur la cicatrisation et la prévention des adhérences tendineuses.

Matériels et Méthodes

Une lésion du tendon du muscle fléchisseur profond du doigt du membre pelvien gauche est induite par spliting chez 15 chèvres qui sont ensuite réparties en un groupe traité (GrTr, 9 chèvres) et un groupe témoin (GrNT, 6 chèvres) par tirage au sort. A partir de J9 post-opératoire, les chèvres du GrTr reçoivent 3 séances d'Ondes de Chocs radiales (1 fois par semaine : 1200 chocs, P = 2 bars, F = 8 - 10 Hz, applicateur de 15 mm de diamètre). Le suivi est réalisé à J0 (pré-opératoire), J5, J14, J21, J30 et J45 par évaluation (scores) de la boiterie, de la douleur (algometrie) et de l'œdème (mesure avec un pied à coulisse) et par examen échographique. Les animaux sont euthanasiés à J50. Les tendons des membres gauches et droits sont examinés macroscopiquement, mesurés, puis prélevés et soumis à un test de résistance à la traction.

Résultats

A J45, le GrTr présente un meilleur score de boiterie (Wilcoxon, p < 0,001). Le seuil de sensibilité à la pression du GrTr est abaissé au cours du traitement, mais redevient équivalent à celui du groupe témoin à J45. Aucune différence significative entre les deux groupes n'est observée quant à l'évolution de l'œdème (Wilcoxon : p = 0,451 > 0,05). Le suivi échographique montre des images de cicatrisation sensiblement plus avancée pour le GrTr à J45 avec des scores d'échogénicité, d'alignement des fibres et d'homogénéité plus favorables, mais sans différence statistiquement significative. L'examen macroscopique révèle une plus grande incidence et une plus grande étendue des adhérences tendineuses chez les chèvres témoins (83,33%) comparativement aux chèvres traitées (44,44%). Les tests de résistance à la traction ne permettent pas, au stade d'avancement de l'étude (8 tendons testés), de conclure à une différence quant à la récupération des propriétés biomécaniques des tendons. La rigidité des échantillons testés varie entre 40 et 80 N/mm et le module d'élasticité entre 156 et 189 MPa.

Conclusion

Dans les limites des conditions expérimentales de l'étude, le traitement aux ondes de chocs extracorporelles radiales semble réduire la boiterie, favoriser l'évolution de la cicatrisation et diminuer l'apparition et l'extension des adhérences tendineuses. Les améliorations cliniques et échographiques deviennent significatives entre J30 et J45, soit 3 semaines environ après la dernière séance de traitement. L'étude devrait être complétée par la poursuite des testsde caractérisation mécanique. Un suivi sur un minimum de 3 mois est nécessaire pour confirmer l'amélioration apportée par les Ondes de Chocs radiales à un stade plus avancé du processus cicatriciel.

remonter
61
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM