Poster électronique

Lu.107 - L'activité iNOS est en partie responsable de l'immunosuppression des cellules souches mésenchymateuses dans l’arthrite expérimentale
C Bouffi (1); C Bony-Garayt (1); G Courties (1); C Jorgensen (1); D Noël (1); - (1) Montpellier - France;
21ème Congrès
Poster préféré des congressistes
Poster
5
1 votes.
Vu 64 fois.
Résumé
Introduction

Les cellules souches mésenchymateuses (CSM) sont des cellules adultes multipotentes, caractérisées par leur potentiel de différenciation en plusieurs types cellulaires et leurs propriétés immunosuppressives. Notre étude a pour objectif de déterminer la capacité des CSM à inhiber la prolifération lymphocytaire et l'inflammation dans le modèle murin d'arthrite induite au collagène (CIA). Le rôle de l'activité "inducible nitric oxyde synthase" (iNOS) et de l'IL-6 dans ce processus a été évalué en utilisant des CSM déficientes pour ces molécules.

Matériels et Méthodes

Les CSM primaires ont été isolées par culture des cellules mononuclées de la moelle osseuse provenant de souris DBA/1, C57Bl6 sauvages ou déficientes pour iNOS ou IL-6. Le rôle immunosuppresseur des CSM a été testé dans le modèle CIA après injection intraveineuse des souris DBA/1 par 106 CSM à différents temps après l'immunisation et le rappel au collagène 2 (J0 et J21). L'effet thérapeutique des CSM est évalué sur l'apparition des signes cliniques (gonflement des pattes, inflammation) et les paramètres immunologiques (dosage des immunoglobulines, des cytokines et mesure de la prolifération lymphocytaire spécifique du collagène 2).

Résultats

Les différents sources de CSM primaires ont été d'abord caractérisées par leur phénotype (CD45-, CD11b-, CD44+, CD73+, Sca1+), leur potentiel de différenciation en 3 lignages et leur capacité à inhiber la prolifération lymphocytaire. Nous avons ainsi montré in vitro que les CSM isolées de souris iNOS-/- ou IL-6-/- ont une capacité immunosuppressive significativement plus faible que les CSM isolées de souris syngéniques ou allogéniques. In vivo, l'injection de CSM syngéniques ou allogéniques, à J18 et J24, permet de diminuer de manière significative l'incidence et les signes cliniques de l'arthrite (gonflement des pattes, score clinique) par rapport au groupe contrôle et l'analyse des paramètres immunologiques confirme une diminution de la réponse inflammatoire. Contrairement aux résultats obtenus in vitro, les CSM IL-6-/- conservent une capacité immunosuppressive équivalente aux CSM naïves. Par contre, lorsque les CSM iNOS-/- sont injectées, le score clinique est significativement augmenté et similaire aux souris contrôles ayant développé une arthrite.

Conclusion

Ce travail a permis de démontrer l'intérêt thérapeutique des CSM primaires syngéniques ou allogéniques dans l'arthrite expérimentale lorsqu'elles sont injectées dans une fenêtre restreinte d'application. Le rôle de l'activité iNOS dans le mécanisme d'immunosuppression induite par les CSM est démontré alors que l'implication de l'IL-6 reste controversée.

remonter
47
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM